user_mobilelogo

 

Le peuple sénégalais

Estimée à 13 millions d’habitants en 2012, dont près du quart vit dans l’agglomération dakaroise, la population sénégalaise elle est composée d’une vingtaine d’ethnies, ayant chacune sa propre langue.

 

Wolofs et Lébous, Pulaar (pasteurs Peuls et Toucouleurs de la vallée du fleuve Sénégal), Soninkés, Diolas de la Casamance, Sérères du Sine, Mandingues, Bédiks et Bassaris, tous vivent en bonne intelligence, contribuant ainsi à la richesse culturelle du pays.

 

Une population jeune et variée

Treize millions d’habitants, aux cultures et traditions différentes, vivent en bonne intelligence. Répartition de la population, découverte des ethnies, chiffres.

La population sénégalaise connaît une augmentation rapide. Les moins de 20 ans représentent 55 % de cette population dont le taux annuel de croissance est de 2,8 %.

Les Wolofs, les plus représentés (35 %), sont présents dans tout le pays, en particulier dans le centre, au nord et le long du littoral Dakar - Saint Louis. Agriculteurs et commerçants, de confession musulmane pour la plupart. Les Lébous, établis en communautés de pêcheurs dans la presqu’île du Cap-Vert et à Saint Louis leurs sont apparentés. La langue wolof est parlée par les trois-quarts de la population

Les Pulaar (25 %), composés de Foulbés, Peuls et Toucouleurs, dont le nord du Sénégal, le Fouta Toro, foyer historique de propagation de l’Islam au Sénégal, constitue le berceau culturel, sont très actifs dans les domaines du commerce, de l’élevage et de l’agriculture irriguée. Ils peuplent la vallée du fleuve Sénégal ainsi que la zone du Ferlo.

Les Sérères (20 %) sont moins dispersés que les autres ethnies. On les retrouve dans le Sine-Saloum, le long de la Petite-Côte, le centre du pays et au nord-ouest de la Gambie. Ils sont à majorité musulmans, sauf au niveau de la Petite-Côte.

Les Diolas (8 %) se retrouvent en Casamance, mais aussi en Gambie et en Guinée-Bissau. Orientés plutôt vers la riziculture, ils sont majoritairement animistes et/ou chrétiens au niveau de la basse Casamance (Ziguinchor, Oussouye, Cap Skirring), musulmans plus au nord et à l’est.

En dehors de ces grands groupes ethniques, on trouve les Mandingues au Sénégal Oriental, les Soninkés (50 000 personnes) très présents à l’est du pays et dans les zones limitrophes du Mali et de la Mauritanie, les Bassari et Bédikvivant surtout de la culture du mil et du maïs, de la cueillette et de la chasse, entre la frontière guinéenne et les limites du parc national de Niokolo-Koba.

Dakar compte environ 3 millions d’habitants. Viennent ensuite par ordre d’importance Thiès et Kaolack, puis Saint-Louis, Rufisque, Ziguinchor et Diourbel.

Quelle est votre expérience

Envoyez vos commentaires!